98

Communiquer, faire preuve de pédagogie _________

Les banques doivent réinvestir leur relation commerciale, faire différemment leur métier de banquier à l égard des entrepreneurs et des entreprises. Les attentes en matière de personnalisation, d autonomie, de compréhension et de pédagogie doivent être mieux prises en compte. Les approches doivent se segmenter en fonction des TPE, des PME et des entreprises plus importantes. Pour les clients les plus fragiles, les impacts humains doivent être intégrés. La banque doit donner à ses collaborateurs les moyens d expliquer les décisions, ou d orienter les clients s ils n ont pas de solution à proposer au sein de l agence ou de la banque.

Des offres pour mieux accompagner l entreprise tout au long de sa vie _________

Actuellement, les entreprises ont parfois besoin de financements complémentaires en dehors des schémas traditionnels. Les banques doivent y travailler avec les acteurs de l économie : en montant, par exemple, des véhicules d investissement pour aider les PME qui souhaitent être cotées ; en proposant à leurs clients investisseurs de s impliquer dans des PME ou encore en étudiant les solutions de financement participatif

« NOUS ATTENDONS

QUE LES BANQUIERS

REPRENNENT LE GOÛ T

DU RISQUE. » Bernard Cohen-Hada

d Président

du think tank Étienne -Marcel,

Président de la comm ission financement

des entreprises de la CGPME

Un rôle pour redynamiser l activité _________

Le secteur bancaire pourrait jouer un rôle plus important dans l accélération de la croissance, qu il s agisse, par exemple, de la détection et du soutien aux entreprises situées sur des créneaux très porteurs ou qui effectuent des investissements en rupture. Les banques qui financent 99 % des 3 millions d entreprises françaises les connaissent mieux que quiconque et peuvent les repérer. Pourquoi n exploiteraient-elles pas différemment cette connaissance en changeant leur grille d analyse ?

LES IDÉES ISSUES DES ÉCHANGES

Comment dynamiser et accompagner la croissance ?

Comment instaurer un positionnement de banquier partenaire ?

n° 1 LES BANQUES ET LE SOUTIEN À L ÉCONOMIE

Définir un processus d instruction et de décision, par exception, pour financer les entreprises et les projets porteurs des plus forts enjeux en matière de croissance économique et de développement de fonds de commerce.

Investir dans une sélection de fonds d amorçage en région.

Fixer des objectifs spécifiques de développement de l activité dans trois domaines clés, sources de croissance : les exportations, notamment pour les TPE-PME ; l innovation ; l entrepreneuriat.

Créer une « Entrepreneur Académie » pour offrir aux entrepreneurs des modules de formation, partager des bonnes pratiques et découvrir de nouvelles compétences.

Élargir le recrutement des chargés d affaires entreprises (CAE) à des candidats ayant une expérience du monde de l entreprise et enrichir leur profil et leurs connaissances sur les métiers et les secteurs d activité.

Proposer aux étudiants/jeunes diplômés, futurs créateurs d entreprises, un compte bancaire « innovation » abondé par la banque.

Intégrer les clients dans le process crédit de la banque en décrivant de façon transparente les étapes, en définissant des points de rencontre pour des échanges, en justifiant les raisons des accords et les motifs des refus, et en créant une procédure contradictoire en cas de refus total d intervention.

Développer des partenariats avec des incubateurs de start-up innovantes ; créer un label BNP Paribas pour les pépinières d entreprises.

Décliner les engagements de la banque au niveau des régions et des départements.

Rapprocher le monde étudiant et le monde professionnel en favorisant les passerelles entreprises-écoles.

n