Document de référence et rapport fi nancier annuel 2014 - BNP PARIBAS 277

5RISQUES ET ADÉQUATION DES FONDS PROPRES

5

Gestion des risques

RISQUE DE MARCHÉ Le risque de marché est le risque de perte de valeur provoqué par une évolution défavorable des prix ou des paramètres de marché, que ces derniers soient directement observables ou non.

Les paramètres de marché observables sont, sans que cette liste soit exhaustive, les taux de change, les cours des valeurs mobilières et des matières premières négociables (que le prix soit directement coté ou obtenu par référence à un actif similaire), le prix de dérivés sur un marché organisé ainsi que tous les paramètres qui peuvent être induits de cotations de marché comme les taux d intérêt, les marges de crédit, les volatilités ou les corrélations implicites ou d autres paramètres similaires.

Les paramètres non observables sont ceux fondés sur des hypothèses de travail comme les paramètres contenus dans les modèles ou basés sur des analyses statistiques ou économiques qui ne sont pas vérifi ables sur le marché.

Dans les portefeuilles de négoce obligataire, les instruments de crédit sont valorisés sur la base des taux obligataires et des marges de crédit, lesquels sont considérés comme des paramètres de marché au même titre que les taux d intérêt ou les taux de change. Le risque sur le crédit de l émetteur de l instrument est ainsi un composant du risque de marché, appelé risque émetteur.

L absence de liquidité est un facteur important de risque de marché. En cas de restriction ou de disparition de la liquidité, un instrument ou un actif marchand peut ne pas être négociable ou ne pas l être à sa valeur estimée, par exemple du fait d une réduction du nombre de transactions, de contraintes juridiques ou encore d un fort déséquilibre de l offre et de la demande de certains actifs.

Le risque relatif aux activités bancaires recouvre le risque de perte sur les participations en actions d une part, et le risque de taux et de change relatifs aux activités d intermédiation bancaire d autre part.

RISQUE OPÉRATIONNEL Le risque opérationnel est le risque de perte résultant de processus internes défaillants ou inadaptés ou d événements externes, qu ils soient de nature délibérée, accidentelle ou naturelle. Sa gestion repose sur l analyse de l enchaînement cause événement effet.

Les processus internes sont notamment ceux impliquant le personnel et les systèmes informatiques. Les inondations, les incendies, les tremblements de terre, les attaques terroristes sont des exemples d événements externes. Les événements de crédit ou de marché comme les défauts ou les changements de valeur n entrent pas dans le champ d analyse du risque opérationnel.

Le risque opérationnel recouvre les risques de ressources humaines, les risques juridiques, les risques fi scaux, les risques liés aux systèmes d information, les risques de modèle, les risques de production et les risques inhérents à l information fi nancière publiée ainsi que les conséquences pécuniaires éventuelles du risque de non-conformité et du risque de réputation.

Le risque résiduel, défi ni par la réglementation sur le contrôle interne comme étant celui d une effi cacité moindre qu attendue des techniques d atténuation du risque de crédit, est considéré comme relevant d une défaillance opérationnelle et donc du risque opérationnel.

RISQUE DE CONCENTRATION Le risque de concentration et son corollaire, les effets de diversifi cation, sont intégrés au sein de chaque risque notamment en ce qui concerne le risque de crédit, le risque de marché et le risque opérationnel via les paramètres de corrélation pris en compte par les modèles traitant de ces risques.

Le risque de concentration est apprécié au niveau du Groupe consolidé et du conglomérat fi nancier qu il représente.

RISQUE DE TAUX DU PORTEFEUILLE BANCAIRE Le risque de taux du portefeuille bancaire est le risque de perte de résultats lié aux décalages de taux, d échéances et de nature entre les actifs et passifs. Pour les activités bancaires, ce risque s analyse hors du portefeuille de négociation et recouvre essentiellement ce qui est appelé le risque global de taux.

RISQUE STRATÉGIQUE ET RISQUE LIÉ À L ACTIVITÉ Le risque stratégique est le risque que des choix stratégiques de la Banque se traduisent par une baisse du cours de son action.

Le risque lié à l activité correspond au risque de perte d exploitation résultant d un changement d environnement économique entraînant une baisse des recettes, conjugué à une élasticité insuffi sante des coûts.

Ces deux types de risque sont suivis par le Conseil d administration (cf. c hapitre 2 Gouvernement d entreprise).

RISQUE DE LIQUIDITÉ Selon la réglementation, le risque de liquidité est défi ni comme le risque que la Banque ne puisse pas honorer ses engagements ou dénouer ou compenser une position en raison de la situation du marché ou de facteurs idiosyncratiques, dans un délai déterminé et à un coût raisonnable.

RISQUE DE NON-CONFORMITÉ ET DE RÉPUTATION Le risque de non-conformité est défi ni dans la réglementation française comme le risque de sanction judiciaire, administrative ou disciplinaire, de perte fi nancière signifi cative ou d atteinte à la réputation, qui naît du non-respect de dispositions propres aux activités bancaires et financières, qu elles soient de nature législative ou réglementaire, nationales ou européennes directement applicables ou qu il s agisse de normes professionnelles et déontologiques, ou d instructions de l organe exécutif prises, notamment, en application des orientations de l organe de surveillance.

Par défi nition, ce risque est un sous-ensemble du risque opérationnel. Cependant, certains impacts liés au risque de non-conformité peuvent représenter davantage qu une pure perte de valeur économique et peuvent nuire à la réputation de l établissement. C est pour cette raison que la Banque traite le risque de non-conformité en tant que tel.