Document de référence et rapport fi nancier annuel 2014 - BNP PARIBAS 279

5RISQUES ET ADÉQUATION DES FONDS PROPRES

5

Gestion des risques

Le scénario central est considéré comme le scénario le plus probable sur la période de projection retenue. Afin d élaborer un scénario central, il convient de répondre à la question suivante : à la lumière de l environnement économique et fi nancier du moment et en prenant en compte les décisions de politique économique (sur les plans monétaire, budgétaire, fi scal, ), comment les variables macroéconomiques et fi nancières vont-elles évoluer dans le futur ?

Le scénario central est établi par la Recherche Économique du Groupe, de concert avec l ALM Trésorerie, les experts actions et matières premières du Groupe. Le scénario central est celui du Groupe BNP Paribas à un moment donné. Comme il est d usage, le scénario global est composé de scénarios régionaux et nationaux (zone euro, France, Italie, Belgique, Espagne, Allemagne, Royaume-Uni, Pologne, Turquie, États-Unis, Japon Chine, Inde, Russie ) cohérents entre eux.

Un scénario adverse décrit un ou plusieurs chocs potentiels pouvant affecter l environnement économique et fi nancier au cours de la période de projection, comme la concrétisation d un ou de plusieurs risques pesant sur le scénario central. Ainsi, un scé nario adverse est toujours défi ni par rapport à un scénario central.

Afi n d élaborer un scénario adverse, il convient de répondre à la question suivante : si un tel événement venait à se produire, comment les variables macroéconomiques et fi nancières évolueraient-elles ? Le ou les chocs sont traduits sur les variables économiques et fi nancières énumérées plus haut sous la forme d écarts par rapport à leur valeur dans le scénario central. Les scénarios adverses ne correspondent donc pas à la prévision de l évolution la plus probable de l économie. C est la raison pour laquelle les scénarios centraux sont défi nis comme des ensembles de « prévisions » et les scénarios adverses comme des ensembles de « projections ».

Les scénarios adverses des stress tests dédiés à l anticipation des risques et aux stress tests budgétaires sont construits par GRM.

Les mêmes principes sont retenus par les mêmes contributeurs pour les stress tests dédiés à l anticipation des risques comme pour le stress test budgétaire. Ceci permet d assurer la convergence de deux processus majeurs du Groupe, celui de la gestion de ses risques et celui de sa gestion fi nancière.

Les scénarios sont revus à fréquence trimestrielle par le management de GRM puisque les stress tests alimentent le suivi des risques. Par ailleurs, ils sont validés par la Direction Générale, notamment à l occasion de l ouverture du processus budgétaire.

Les scénarios sont ensuite utilisés pour calculer les pertes attendues (ou l impact en termes de plus ou moins-values dans le cas de risques de marché) pendant l année pour tous les portefeuilles du Groupe :

■ pour les portefeuilles exposés au risque de crédit ou de contrepartie et pour le portefeuille d actions du portefeuille bancaire, ce calcul mesure l impact du scénario sur le coût du risque et les actifs pondérés en cas de dégradation de la qualité des portefeuilles générée par le scénario macroéconomique ou de mouvements défavorables des cours des actions. Les stress tests risque de crédit sont simulés sur l ensemble du portefeuille de la Banque pour toutes les régions et pour tous les portefeuilles prudentiels, à savoir Clientèle de détail, Entreprises et Établissements ;

■ pour les portefeuilles relatifs aux opérations de marché, les variations de valeur et leur impact sur le résultat net sont calculés en simulant un choc ponctuel, cohérent avec le scénario d ensemble.

Les calculs décrits ci-dessus et les méthodologies connexes pour les stress tests sur les risques de crédit et de marché sont coordonnés de manière centralisée au niveau du Groupe par les équipes de GRM. Ils impliquent également dans leur conception et leur mise en œuvre différentes équipes d experts au niveau du Groupe et des territoires.

Dans le cadre des stress tests réglementaires, tels que celui de l ABE/ BCE réalisé en 2014, les scénarios macro économiques centraux comme adverses sont imposés par les superviseurs.