Document de référence et rapport fi nancier annuel 2014 - BNP PARIBAS 319

5RISQUES ET ADÉQUATION DES FONDS PROPRES

5

Risque de contrepartie

5.6 Risque de contrepartie

Le risque de contrepartie, tel qu il est défi ni dans la section 5.3, est la manifestation du risque de crédit à l occasion d opérations de marché, d investissements et/ou de règlements. Il correspond au risque que la contrepartie ne puisse pas honorer ses obligations de verser à la banque l intégralité de la valeur actualisée d une transaction dans le cas où la banque est un bénéfi ciaire net. Le risque de contrepartie est également

lié au coût de remplacement d un instrument dérivé en cas de défaut de la contrepartie. Il peut être considéré comme un risque de marché en cas de défaut ou comme un risque contingent. Le risque de contrepartie résulte à la fois des activités bilatérales de BNP Paribas avec ses clients et des activités de clearing au travers d une chambre de compensation ou d un compensateur externe.

MESURE DU RISQUE DE CONTREPARTIE

CALCUL DE L EXPOSITION AU RISQUE DE CONTREPARTIE La mesure de l exposition au risque de contrepartie est réalisée selon deux approches :

Approche modélisée

La valeur exposée au risque (EAD) pour le risque de contrepartie est mesurée à l aide d un système interne d évaluation de l exposition ; cette valeur est ensuite intégrée au dispositif de pondération du risque de crédit. Cette mesure s appuie sur des simulations de type « Monte Carlo » permettant d apprécier les mouvements probables de la valeur des expositions. Les processus stochastiques utilisés sont sensibles à certains paramètres, tels que volatilités ou corrélations, calibrés sur des données de marché historiques.

Les expositions futures potentielles au risque de contrepartie sont mesurées à l aide d un système basé sur les modèles internes qui permet de simuler plusieurs milliers de scénarios potentiels d évolution des marchés et de réévaluer le portefeuille de transactions avec chacune des contreparties à plusieurs points dans le futur (de 1 jour à plus de 30 ans pour les transactions les plus longues). Les variations de valeur sont calculées jusqu à la maturité des transactions.

Pour l agrégation des expositions, le système prend en compte l environnement juridique de chaque transaction et contrepartie et donc des éventuels accords de compensation et d appel de marge, incluant le caractère risqué du collatéral.

Le système de mesure des expositions au risque de contrepartie a été amendé de sorte à se conformer à la nouvelle réglementation dès le 1er janvier 2014 :

■ allongement des périodes de marge en risque conformément à l article 285 de la CRR ;

■ prise en compte du risque spécifi que de corrélation ;

■ détermination d une EAD stressée calculée à partir d une calibration refl étant une période de tension particulière.

Les expositions au risque de contrepartie se caractérisent par leur forte variabilité au cours du temps en raison de l évolution constante des

paramètres de marché affectant la valeur des transactions sous-jacentes. Il est donc essentiel de ne pas se limiter au suivi des valeurs actuelles des transactions et d analyser leurs variations potentielles dans le futur.

Approche non modélisée

Pour les expositions au risque de contrepartie non modélisées, la valeur exposée au risque est calculée selon la méthode d évaluation au prix de marché (Net Present Value + Add-On).

ATTÉNUATION DU RISQUE DE CONTREPARTIE

Les contrats de compensation

La compensation est utilisée par la Banque afi n d atténuer le risque de crédit lié aux contreparties au titre des opérations sur les produits dérivés. Le principal mode de compensation appliqué par la Banque est la compensation par liquidation qui permet, en cas de défaillance de la contrepartie, de mettre fi n à toutes les opérations à leur valeur de marché actuelle, puis de faire la somme de toutes ces valeurs, positives et négatives, pour obtenir un seul montant (net) à payer à la contrepartie ou à recevoir de celle-ci. Ce solde (close-out netting) peut faire l objet d une garantie (collatéralisation) consentie sous forme de nantissement ou de paiement d espèces, ou encore de titres.

La Banque a également recours à la compensation des règlements pour atténuer le risque de contrepartie découlant du règlement de sommes en devises. Il s agit ici de la compensation de tous les paiements par contrepartie. Cette compensation aboutit à un montant unique, dans chaque monnaie, à payer, soit par la Banque, soit par la contrepartie.

Les opérations concernées sont traitées conformément à des accords, bipartites ou multipartites, respectant les principes généraux du cadre réglementaire national ou international. Les principales formules d accord bilatéral utilisées sont celles de la Fédération Bancaire Française (FBF) et, sur le plan international, celles de l International Swaps and Derivatives Association (ISDA).