Document de référence et rapport fi nancier annuel 2016 - BNP PARIBAS120

3 ACTIVITÉS ET ÉLÉMENTS COMPTABLES EN 2016

3

Bilan

DETTES ENVERS LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT Les dettes envers les établissements de crédit correspondent principalement à des emprunts et dans une moindre mesure à des comptes à vue et des opérations de pension. Les dettes envers les établissements de crédit ont diminué de 10 % (- 8,5 milliards d euros) par rapport au 31 décembre 2015 et s élèvent à 75,7 milliards d euros au 31 décembre 2016. Cette évolution provient essentiellement de la baisse des emprunts auprès des établissements de crédit de 14 % (- 9,9 milliards d euros à 60,2 milliards d euros au 31 décembre 2016). Les comptes à vue sont en hausse de 26 % (+ 2,3 milliards d euros à 10,8 milliards d euros au 31 décembre 2016), et les opérations de pension sont en baisse pour atteindre 4,7 milliards d euros au 31 décembre 2016, contre 5,5 milliards d euros au 31 décembre 2015.

DETTES ENVERS LA CLIENTÈLE Les dettes envers la clientèle correspondent principalement aux comptes ordinaires créditeurs, aux comptes à terme et aux comptes d épargne ainsi qu à des opérations de pension. Les dettes envers la clientèle s élèvent à 766 milliards d euros, en hausse de 9 % (+ 65,6 milliards d euros par rapport au 31 décembre 2015). Cette évolution provient de la hausse des comptes ordinaires créditeurs de 11 % (+ 44 milliards d euros à 443,4 milliards d euros au 31 décembre 2016), des comptes à terme de 9 % (+ 14,4 milliards d euros à 174,9 milliards d euros au 31 décembre 2016) et des comptes d épargne de 7 % (+ 10 milliards d euros au 31 décembre 2016). Les opérations de pension évoluent à la baisse de 55 % (- 2,8 milliards d euros à 2,4 milliards d euros au 31 décembre 2016).

DETTES REPRÉSENTÉES PAR UN TITRE Cette catégorie regroupe des Titres de Créances Négociables et des emprunts obligataires mais n inclut pas les dettes représentées par un titre en valeur de marché ou de modèle par résultat (voir note 4.a des é tats fi nanciers consolidés). Les dettes représentées par un titre sont en diminution, passant de 159,4 milliards d euros au 31 décembre 2015 à 153,4 milliards d euros au 31 décembre 2016.

DETTES SUBORDONNÉES Les dettes subordonnées comptabilisées au coût amorti sont en augmentation de 11 % à 18,4 milliards d euros au 31 décembre 2016 contre 16,5 milliards d euros au 31 décembre 2015. Cette variation est principalement due aux nouvelles émissions de dettes subordonnées remboursables pour 3,8 milliards d euros compensées par des remboursements pour 1,9 milliard d euros.

COMPTES DE RÉGULARISATION ET PASSIFS DIVERS Les comptes de régularisation et passifs divers recouvrent : les dépôts de garantie reçus, les comptes de règlement relatifs aux opérations sur titres, les comptes d encaissement, les charges à payer et produits constatés d avance ainsi que les autres créditeurs et passifs divers. Les comptes de régularisation et passifs divers s élèvent à 99,4 milliards d euros au 31 décembre 2016 contre 88,6 milliards d euros au 31 décembre 2015, soit une augmentation de 12 %. Cette évolution est principalement due aux dépôts de garantie reçus (en hausse de 4 milliards d euros, soit 8 %) ainsi qu aux comptes de règlement relatifs aux opérations sur titres (en hausse de 3,7 milliards d euros, soit 51 %). L ensemble des autres comptes de régularisation passifs augmente au global de 3,1 milliards d euros, soit 10 %.

PROVISIONS TECHNIQUES DES SOCIÉTÉS D ASSURANCE Les provisions techniques des sociétés d assurance ont augmenté de 5 % par rapport au 31 décembre 2015, s élevant à 193,6 milliards d euros au 31 décembre 2016 contre 185 milliards d euros au 31 décembre 2015. Cette augmentation s explique principalement par la hausse des passifs relatifs aux contrats d assurance.

INTÉRÊTS MINORITAIRES

Les intérêts minoritaires sont en hausse de 0,8 milliard d euros, à 4,6 milliards d euros au 31 décembre 2016 contre 3,8 milliards d euros au 31 décembre 2015. Cette évolution s explique principalement par les opérations de cession partielle (+ 0,5 milliard d euros).