Document de référence et rapport fi nancier annuel 2016 - BNP PARIBAS 243

5RISQUES ET ADÉQUATION DES FONDS PROPRES PILIER 3

5

Synthèse des risques annuels

de production, concentration des sites de production dans un nombre plus restreint de pays et bien sûr montée du poids des services par rapport à l industrie. Au-delà des effets directs sur des secteurs tels que les transports et la logistique et sur les revenus liés aux opérations de commerce international, la stagnation du commerce mondial porte le risque de comportements non coopératifs entre pays ;

■ par ailleurs, BNP Paribas reconnaît l importance du changement climatique et des impacts qu il a ou pourrait avoir sur les acteurs de l économie, en particulier les entreprises productrices ou consommatrices d énergie. Deux classes de risques liées au changement climatique ont été identifi ées : (i) les risques physiques (Physical Risks) dont l impact affecte ou affecterait les actifs et activités des clients en fonction de leur localisation et (ii) les risques carbone (Carbon Risks) qui eux sont liés à la transition vers une économie bas carbone favorisant des modes de production et de consommation d énergie moins émettrices en gaz à effet de serre. L impact de ces risques portera sur l ensemble des acteurs économiques et sera plus ou moins sensible en fonction des secteurs industriels. BNP Paribas accompagne ses clients face au changement climatique et suit les risques qui lui sont liés. En novembre 2015, BNP Paribas a annoncé un certain nombre de mesures visant à renforcer son dispositif de gestion du risque lié au carbone (voir p artie Dispositif de gestion du risque de crédit dans la section 5.4 Risque de crédit) ;

■ le développement de l économie numérique entraîne des changements importants pour le secteur bancaire. Ces changements sont porteurs d opportunités mais également de risques pour le Groupe directement ou indirectement via ses clients et ses contreparties. Parmi ces risques pour le Groupe fi gurent l utilisation inappropriée ou mal contrôlée de certains nouveaux outils ou technologies qu apporte la révolution numérique (intelligence artifi cielle, traitement des données de masse) et le risque de désintermédiation de certaines activités bancaires par de nouvelles plateformes ou technologies. Le Groupe a annoncé une stratégie volontariste dans ce domaine destinée à adapter les activités du Groupe à ces évolutions technologiques. L impact du développement de l économie numérique sur le modèle économique des clients et contreparties fait l objet d analyses internes menées par des spécialistes sectoriels et focalisées sur les secteurs de l économie les plus concernés par cette évolution.

POINTS D ATTENTION PARTICULIERS EN 2016 Le 23 juin 2016, le Royaume-Uni a organisé un référendum à l issue duquel la majorité des votants a choisi de sortir de l Union européenne (« Brexit »). Le Groupe BNP Paribas dispose au Royaume-Uni de plusieurs succursales et filiales (voir section 8.6 Liste des implémentations du chapitre 8 Informations générales). Son activité, qu il exerce principalement avec les entreprises via sa succursale BNP Paribas SA (succ. Royaume-Uni), est de taille limitée à l échelle du Groupe et n inclut pas de réseau de banque de détail dans ce pays . Au 31 décembre 2016, BNP Paribas y génère 5,7 % de son résultat courant avant impôt (voir section 8.6 Éléments du compte de résultat et effectifs par pays du chapitre 8 Informations générales).

Concernant l exposition vis-à-vis des contreparties exerçant leur activité principale au Royaume-Uni, les engagements commerciaux représentent au 31 décembre 2016, 4 % du total des engagements bruts, bilan et hors-bilan du Groupe (voir tableau n° 24 Ventilation géographique du portefeuille de risque de crédit). De même, le risque souverain britannique est limité à 5,8 % de l exposition souveraine du portefeuille bancaire (voir

annexe 2 Expositions souveraines). La position structurelle de change et de taux vis-à-vis de la livre sterling est très modérée avec des encours de crédits limités et un refi nancement en livre sterling largement adossé .

Le Groupe bénéfi cie d un business model diversifi é en Europe tant par métier que par pays lui offrant une forte capacité d adaptation à ce nouvel environnement.

La renégociation destinée à déterminer les relations futures entre le Royaume-Uni et l Union européenne, comprenant notamment les accords commerciaux, fi nanciers et juridiques devrait intervenir sur une période de deux ans. Les risques liés à cette renégociation sont décrits dans la partie 5.1 Facteurs de risque liés à l environnement macroéconomique et de marché(1).

En Turquie, l environnement global a fait l objet d évolutions en 2016 qui se sont traduites notamment par une forte hausse des taux d intérêt et par une dépréciation de la livre turque.

Le Groupe BNP Paribas est principalement présent en Turquie au travers de sa fi liale TEB (9e b anque d e d étail en Turquie disposant d une part de marché d environ 3,4 %). Au 31 décembre 2016, le Groupe réalise 3,4 % de son résultat courant avant impôt dans ce pays (voir section 8.6 Implantations et Éléments du compte de résultat et effectifs par pays du chapitre 8 Informations générales). L entité TEB affi che un ratio de solvabilité de 14,4 % au 31 décembre 2016, au-dessus des exigences réglementaires. Les actifs pondérés et les exigences de fonds propres du Groupe TEB sont détaillés en annexe 5. Concernant l exposition vis- à-vis des contreparties exerçant leur activité principale en Turquie, les engagements commerciaux représentent, au 31 décembre 2016, 2 % du total des engagements bruts, bilan et hors-bilan, du Groupe (voir tableau n° 24 Ventilation géographique du portefeuille de risque de crédit). De même, le risque souverain turc est limité à 1,3 % de l exposition souveraine du portefeuille bancaire et est porté essentiellement par le Groupe TEB.

BNP Paribas a continué à suivre les secteurs sensibles à l évolution du prix des matières premières et de l énergie. En outre, le secteur du fi nancement maritime (Shipping) a fait l objet d une revue détaillée au 3e trimestre 2016. Les analyses concernant ces secteurs sont détaillées dans la partie Diversifi cation sectorielle de la section 5.4.

Les risques liés à l évolution de l environnement macroéconomique et de marché sont décrits dans la partie 5.1 Facteurs de risque(2).

Les principes de prise de risque sont présentés dans le Risk Appetite Statement adopté par le Conseil d administration (voir partie Appétit pour le risque en section 5.3).

Les différents types de risque auxquels le Groupe est exposé, ainsi que leur définition sont détaillés dans les sections suivantes :

■ le risque de crédit en section 5.4 (p. 282) ; ■ le risque de titrisation du portefeuille bancaire en section 5.5

(p. 320) ; ■ le risque de contrepartie en section 5.6 (p. 330) ; ■ le risque de marché en section 5.7 (p. 340) ; ■ le risque de liquidité en section 5.8 (p. 360) ; ■ le risque opérationnel en section (p. 371) ; ■ le risque de non-conformité et de réputation en section 5.9

(p. 371) ; ■ les risques d assurance en section 5.10 (p. 378).

(1) Facteur de risque lié au Brexit : « Le référendum au Royaume-Uni sur la sortie de l Union européenne pourrait générer des incertitudes signifi catives, de la volatilité et des changements importants sur les marchés économiques et fi nanciers européens et mondiaux et avoir alors un effet défavorable sur l environnement dans lequel la Banque évolue. »

(2) Notamment le facteur de risque : « Du fait du périmètre géographique de ses activités, la Banque pourrait être vulnérable aux contextes ou circonstances politiques, macroéconomiques ou financiers d une région ou d un pays. »