Document de référence et rapport fi nancier annuel 2016 - BNP PARIBAS 245

5RISQUES ET ADÉQUATION DES FONDS PROPRES PILIER 3

5

Synthèse des risques annuels

du gouvernement. Les élections à venir en France, en Allemagne et aux Pays-Bas en 2017 pourront également contribuer à la survenance d un environnement d incertitude politique. La Banque surveille le risque pays et le prend en compte dans l évaluation à la juste valeur et le coût du risque enregistrés dans ses États fi nanciers. Cependant, un changement signifi catif dans l environnement politique ou macroéconomique pourrait entraîner l enregistrement de charges additionnelles ou aboutir à des pertes plus importantes que les montants déjà inscrits dans ses États fi nanciers. En outre, des facteurs spécifi ques à une région ou à un pays dans lesquels la Banque opère pourraient rendre diffi cile l exercice de son activité et conduire à des pertes d exploitation ou des dépréciations d actifs.

L accès de la Banque au fi nancement et les coûts de ce fi nancement pourraient être affectés de manière défavorable en cas de résurgence des crises fi nancières, de détérioration des conditions économiques, de dégradation de notation, d accroissement des spreads de crédit des États ou d autres facteurs.

La crise fi nancière, la crise de la dette souveraine de la zone euro ainsi que l environnement macroéconomique global ont conduit, ces dernières années, de façon ponctuelle à une restriction de l accès au fi nancement des banques européennes et à une dégradation des conditions de ce fi nancement, en raison de plusieurs facteurs, notamment : l augmentation importante du risque de crédit perçu des banques, liée en particulier à leur exposition à la dette souveraine, la dégradation de la notation affectant certains États et établissements fi nanciers et la spéculation sur les marchés de la dette. De nombreuses banques européennes, y compris la Banque, ont dû ponctuellement faire face à un accès plus diffi cile aux marchés obligataires pour investisseurs institutionnels et au marché interbancaire, ainsi qu à une augmentation générale de leur coût de fi nancement. En conséquence, le recours par les établissements fi nanciers aux facilités et lignes de liquidité de la BCE a ponctuellement augmenté de manière signifi cative. Si les conditions défavorables du marché de la dette venaient à réapparaître à la suite d une stagnation durable de la croissance, de la défl ation, d une résurgence de la crise fi nancière, de la crise de la dette souveraine ou de nouvelles formes de crises fi nancières ou pour des raisons liées à l industrie fi nancière en général ou à la Banque en particulier, l effet sur la liquidité du secteur fi nancier européen en général et sur la Banque en particulier, pourrait être signifi cativement défavorable et avoir un impact négatif sur les résultats opérationnels de la Banque ainsi que sur sa situation fi nancière.

Des dégradations de la notation de la France ou de la Banque pourraient augmenter le coût de fi nancement de la Banque.

Pour la Banque, le coût de financement de long terme non garanti auprès d investisseurs de marché est également directement lié à ses spreads de crédit, qui à leur tour dépendent dans une certaine mesure de ses notations de crédit. Un accroissement des spreads de crédit peut signifi cativement augmenter le coût de fi nancement de la Banque. Les spreads de crédit changent en permanence en fonction du marché et connaissent des évolutions imprévisibles et hautement volatiles. Les spreads de crédit sont aussi infl uencés par la perception que le marché a de la solvabilité de la Banque.

Toute variation signifi cative des taux d intérêt est susceptible de peser sur les revenus ou sur la rentabilité de la Banque.

Le montant des revenus nets d intérêts encaissés par la Banque sur une période donnée infl ue de manière signifi cative sur les revenus et la rentabilité de cette période. Les taux d intérêt sont affectés par de nombreux facteurs sur lesquels la Banque n a aucune emprise, tels que le niveau de l infl ation et les politiques monétaires des États et certaines décisions concernant des taux réglementés. L évolution des taux d intérêt

du marché pourrait affecter différemment les taux d intérêt appliqués aux actifs porteurs d intérêt et les taux d intérêt payés sur la dette. Toute évolution défavorable de la courbe des taux pourrait diminuer les revenus nets d intérêts des activités de prêt. En outre, une augmentation des taux d intérêt sur les fi nancements à court terme de la Banque et le non- adossement des échéances sont susceptibles de peser sur sa rentabilité.

Un environnement prolongé de taux d intérêt bas comporte des risques systémiques inhérents et la sortie d un tel environnement comporte également des risques.

Depuis la crise fi nancière de 2008-2009, les marchés mondiaux ont été caractérisés par des périodes de taux d intérêt durablement bas. Durant de telles périodes, les écarts de taux d intérêt tendent à se resserrer ; la Banque peut alors ne pas être en mesure d abaisser suffi samment les taux d intérêt sur ses dépôts de manière à compenser la baisse de revenus provenant des prêts consentis à des taux plus faibles. De plus, la Banque fait face à une hausse des remboursements anticipés et des refi nancements de prêts hypothécaires et autres prêts à taux fi xe consentis aux particuliers et aux entreprises, les clients cherchant à tirer parti de la baisse des coûts d emprunt. Ceci, cumulé à l octroi de nouveaux prêts à des faibles taux d intérêt, pourrait entraîner une baisse générale du taux d intérêt moyen du portefeuille de prêts de la Banque causant ainsi une baisse du revenu net d intérêts qu elle retire de ses activités de prêt. En outre, un environnement persistant de taux d intérêt bas peut également avoir pour effet d aplanir la courbe des taux sur le marché en général, ce qui pourrait réduire la prime générée par la Banque se rapportant à ses activités de fi nancement. Par ailleurs, la persistance d une situation de taux d intérêt bas a pu favoriser et pourrait continuer à favoriser une prise de risque excessive par certains acteurs des marchés fi nanciers, telle que l augmentation des maturités des financements et des actifs détenus, une politique d octroi de crédit plus souple et la progression des fi nancements à effet de levier. Certains de ces acteurs de marché qui ont pu ou pourront prendre des risques additionnels ou excessifs ont une dimension systémique, et tout dénouement de leurs positions en période de turbulences ou de tensions de marché (entraînant une réduction de la liquidité) pourrait avoir des effets déstabilisants sur les marchés et pourrait conduire pour la Banque à des pertes d exploitation ou des dépréciations d actifs.

De plus, dans la mesure où les banques centrales, en particulier aux États-Unis et au Royaume-Uni, devraient augmenter lentement les taux d intérêt en 2017, toute variation plus prononcée que prévue pourrait mettre à l épreuve la résistance du portefeuille de prêts de la Banque ainsi que son activité de souscription, en particulier en ce qui concerne les prêts ne bénéfi ciant pas d une notation investment grade, ce qui pourrait conduire à une augmentation du coût du risque de la Banque. Dans un environnement de remontée des taux d intérêt si les stratégies de couverture de la Banque s avéraient ineffi caces ou ne lui assuraient qu une couverture partielle, la Banque pourrait avoir à supporter des pertes, du fait d un coût de refi nancement plus élevé. De manière plus générale, l augmentation des taux d intérêt pèse sur l accessibilité des consommateurs à l endettement et sur la rentabilité des entreprises, et donc sur la croissance économique et les revenus de la Banque.

La solidité financière et le comportement des autres institutions fi nancières et acteurs du marché pourraient avoir un effet défavorable sur la Banque.

La capacité de la Banque à effectuer des opérations de fi nancement ou d investissement ou à conclure des transactions portant sur des produits dérivés pourrait être affectée par la solidité fi nancière des autres institutions fi nancières et acteurs du marché. Les établissements fi nanciers sont étroitement interconnectés, en raison notamment de leurs