Document de référence et rapport fi nancier annuel 2016 - BNP PARIBAS 283

5RISQUES ET ADÉQUATION DES FONDS PROPRES PILIER 3

5

Risque de crédit

ÉVOLUTION DES EXPOSITIONS DE CRÉDIT La progression des expositions au risque de crédit (hors Autres Actifs Risqués) d un montant total 40 milliards d euros en 2016 s explique notamment par l activité courante de la Banque. Les effets de change infl uencent peu la variation d exposition car ils se compensent entre les devises, notamment avec l appréciation du dollar US et la dépréciation de la livre sterling et de la livre turque. Les variations par classe d exposition commentées ci-après sont hors effet change.

■ la hausse des expositions sur les administrations centrales et banques centrales de 13 milliards d euros est principalement liée aux importants volumes de liquidité placés en Banque Centrale Européenne ;

■ la hausse des expositions sur les entreprises de 21 milliards d euros est portée conjointement par la France (+ 5 milliards d euros dont 2 milliards d euros sur les PME et 2 milliards d euros sur les grandes entreprises), l Asie (+ 4 milliards d euros principalement sur les fi nancements spécialisés), le Luxembourg (+ 2 milliards d euros) et l Italie (+ 2 milliards d euros) ;

■ la diminution des expositions sur les établissements de 20 milliards d euros est répartie principalement sur les zones géographiques suivantes : Europe (- 13 milliards d euros), États-Unis (- 3 milliards d euros), et Asie du Nord (- 2 milliards d euros) ;

■ la progression des expositions sur la clientèle de détail de 26 milliards d euros est liée d une part à la hausse de l activité de crédits immobiliers aux États-Unis, en Belgique, en France et au Royaume-Uni et d autre part au développement de partenariats de Personal Finance.

Les expositions sur les PME, réparties entre entreprises et clientèle de détail, s élèvent à 123,4 milliards d euros au 31 décembre 2016, en augmentation de 8 % par rapport au 31 décembre 2015.

APPROCHES RETENUES POUR LE CALCUL DES EXIGENCES DE FONDS PROPRES BNP Paribas a opté pour les méthodes les plus avancées de l accord Bâle 3. En conformité avec la Directive européenne et sa transposition en droit français, le Groupe a été autorisé en 2007 par le superviseur à utiliser ses méthodes de notations internes pour calculer ses exigences de fonds propres à compter du 1er janvier 2008. Préalablement à son acquisition, le groupe Fortis bénéfi ciait d un accord de la part de son superviseur, la Banque Nationale de Belgique, pour utiliser également l approche avancée pour l évaluation de son besoin en capital réglementaire. Les politiques et dispositifs de notation des sous-groupes BNP Paribas Fortis et BGL BNP Paribas d une part et BNP Paribas d autre part convergent dans le cadre d une méthodologie uniforme retenue par le Groupe (excepté sur la clientèle de détail). Les travaux entrepris dans cette direction ont notamment montré la compatibilité des concepts développés dans chacun des deux ensembles, et permis d harmoniser les notations des principales contreparties.

Sur le risque de crédit (hors comptes de régularisation et immobilisations), la part des expositions en approche IRBA est de 75 % au 31 décembre 2016, stable comparé au 31 décembre 2015. Ce périmètre signifi catif inclut notamment le pôle Corporate and Institutional Banking (CIB), la Banque De Détail en France (BDDF), BNL SpA, une partie de l activité de BNP Paribas Personal Finance (portefeuille de crédit à la consommation) ainsi que les entités BNP Paribas Fortis et BGL BNP Paribas. Le périmètre IRBA laisse toutefois en dehors du champ certaines entités comme celles du sous-groupe BancWest ou les fi liales des pays émergents.

➤ GRAPHIQUE N° 4 : EXPOSITION AU RISQUE DE CRÉDIT(*) PAR TYPE D APPROCHE

au 31 décembre 2016

25 % Approche standard

75 % Approche IRBA

Montant total : 1 438 Mds

au 31 décembre 2015

25 % Approche standard

75 % Approche IRBA

Montant total : 1 398 Mds

(*) Hors Autres Actifs Risqués.