Document de référence et rapport fi nancier annuel 2016 - BNP PARIBAS332

5 RISQUES ET ADÉQUATION DES FONDS PROPRES PILIER 3

5

Risque de contrepartie

Afi n de réduire le risque associé à la dégradation de la qualité de crédit inhérent à un portefeuille d instruments fi nanciers, BNP Paribas peut avoir recours à une stratégie de couverture dynamique, consistant en l achat d instruments de marché, tels que les instruments dérivés de crédit.

Le Règlement (UE) n° 575/ 2013 a introduit une nouvelle exigence de fonds propres au titre du risque d ajustement de l évaluation de crédit. Celle-ci est destinée à permettre aux banques de faire face au risque de pertes dû à la volatilité des CVA résultant des mouvements de spreads de crédit associés aux contreparties auxquelles le Groupe BNP Paribas est exposé. Elle est calculée par le Groupe en méthode avancée à l aide de son modèle interne de mesure des risques de marché (cf. tableau n° 63 ).

TESTS DE RÉSISTANCE ET RISQUE DE CORRÉLATION DÉFAVORABLE Le dispositif de tests de résistance (stress tests) du risque de contrepartie est cohérent avec celui du dispositif de risque de marché (voir partie Risque de marché relatif aux activités de négociation sur instruments fi nanciers de la section 5.7). Il s appuie ainsi sur les mêmes hypothèses de fl uctuation des marchés lorsque les scénarios sont identiques. Les stress tests comprennent également des facteurs spécifi ques au risque de contrepartie, comme la détérioration de la qualité de crédit de la contrepartie ou les chocs .

Cette analyse s inscrit dans le cadre du dispositif du rapport de synthèse de risque à destination de la Direction et partage par ailleurs certaines instances avec le risque de marché comme le Capital Markets Risk Committee (CMRC), principal Comité gouvernant les risques de marché et de contrepartie. En termes de gouvernance, les dispositifs de stress testing pour le risque de contrepartie et pour le risque de marché sont tous deux couverts par le même Comité, le Stress Testing Steering Committee.

Le risque de corrélation défavorable, ou Wrong Way Risk, correspond au risque que l exposition à une contrepartie soit inversement corrélée à la qualité de crédit de celle-ci.

Ce risque comporte deux composantes :

■ le risque général de corrélation défavorable (General Wrong Way Risk ou GWWR), qui correspond au risque survenant lorsque la probabilité de défaut de contreparties est positivement corrélée à des facteurs généraux de risque de marché ;

■ le risque spécifi que de corrélation défavorable (Specifi c Wrong Way Risk ou SWWR), qui correspond au risque que l exposition future envers une contrepartie soit corrélée positivement à la probabilité de défaut de cette contrepartie, en raison de la nature des transactions conclues avec elle ou du collatéral reçu.

La surveillance et l analyse par BNP Paribas du risque général de corrélation défavorable s effectue au travers d exercices de tests de résistance permettant de mettre en évidence les facteurs de risque corrélés négativement avec la qualité de crédit de la contrepartie. Elle conjugue une approche top-down et une approche bottom-up :

■ pour l approche top-down, la politique en matière de risque général de corrélation défavorable défi nit les règles et critères généraux à appliquer pour détecter ce type de risque. Ces critères sont basés sur le pays de résidence des contreparties, la région à laquelle elles appartiennent et leurs secteurs d activité. Les positions dérivées, les fi nancements structurés et le collatéral que les contreparties pourraient avoir vis-à-vis de BNP Paribas ont aussi été défi nies comme des situations nécessitant une analyse et une communication adaptée ;

■ le dispositif de contrôle du risque général de corrélation défavorable repose également sur une approche bottom-up où la contribution des analystes de crédit est indispensable pour défi nir plus précisément les scénarios ayant le plus d impact sur le portefeuille (application d une détérioration des paramètres de marché refl étant des conditions extrêmes mais réalistes).

Le SWWR fait l objet d une exigence de fonds propres dédiée lorsqu un lien juridique est établi entre la contrepartie et les sous-jacents exposés.

EXPOSITION AU RISQUE DE CONTREPARTIE [Audité]

Le tableau ci-dessous présente l exposition au risque de contrepartie (mesurée par l exposition au moment du défaut) des contrats sur instruments fi nanciers dérivés et des opérations de prêts/emprunts de titres après, le cas échéant, accords de compensation par classe d exposition bâloise.

➤ TABLEAU N° 54 : VALEUR EXPOSÉE AU RISQUE DE CONTREPARTIE PAR CLASSE D EXPOSITION (HORS CCP ET HORS CVA)

En millions d euros

31 décembre 2016 31 décembre 2015 Variation

IRBA Approche Standard Total IRBA

Approche Standard Total Total

Administrations centrales et banques centrales 32 657 11 32 668 22 377 1 22 378 10 290

Entreprises 73 754 948 74 702 64 031 795 64 825 9 876

Établissements(*) 32 888 559 33 447 30 608 554 31 162 2 285

Clientèle de détail 2 11 13 1 8 9 3

TOTAL EAD 139 301 1 528 140 829 117 016 1 358 118 374 22 455

(*) La classe d exposition « Établissements » correspond aux établissements de crédit et entreprises d investissement y compris ceux reconnus de pays tiers. En outre cette classe regroupe certaines expositions sur des administrations régionales et locales, des entités du secteur public et des banques multilatérales de développement qui ne sont pas traitées comme des administrations centrales.

Sur le risque de contrepartie, la part des expositions en approche IRBA est de 99 % au 31 décembre 2016 (stable par rapport au 31 décembre 2015).