Document de référence et rapport fi nancier annuel 2016 - BNP PARIBAS516

7 UNE BANQUE RESPONSABLE : INFORMATIONS SUR LA RESPONSABILITÉ ÉCONOMIQUE, SOCIALE, CIVIQUE ET ENVIRONNEMENTALE DE BNP PARIBAS

7

Responsabilité environnementale : agir contre le changement climatique

CONSOMMER MOINS DE PAPIER ET AVOIR RECOURS AU PAPIER RESPONSABLE Le Groupe s est engagé à réduire de 30 % la consommation de papier/ collaborateur en 2020 par rapport à 2012, en passant de 165 à 115 kg/ ETP. En 2016, la consommation de papier a atteint 23 440 tonnes, soit 122 kg/ETP contre 134 kg/ETP en 2015, enregistrant une réduction de 26 % par rapport à 2012. Ces données incluent le papier utilisé en interne, celui destiné à la relation client (courriers, relevés bancaires, etc.) et les autres types de papier : enveloppes, chéquiers, etc. Pour prolonger cet objectif sur le long terme, la réduction des consommations s appuie souvent sur le remplacement des équipements individuels par des équipements mutualisés : lorsque l utilisateur doit venir confirmer sur place l impression qu il a lancée depuis son poste de travail, les impressions non utilisées sont évitées. Le Groupe porte aussi une attention particulière aux innovations apportées par la digitalisation, en vue de renforcer la dématérialisation de ses relations avec ses clients et par là même de réduire la consommation de papier.

De plus, la politique papier vise à porter en 2020 à 80 % la part de papier responsable (issu du recyclage ou de forêts gérées durablement, c est-à- dire recyclé à plus de 50 % ou labellisé PEFC ou FSC). 64,6 % du papier était responsable en 2016 contre 63,4 % en 2015. Plus largement, les fournitures de bureau éco-conçues ont représenté 26 ,5 % des achats totaux de fournitures de bureau en 2016, en légère baisse par rapport à 2015 (27,9 %).

RÉDUIRE LES DÉCHETS ET ASSURER LEUR RECYCLAGE PARTOUT OÙ C EST POSSIBLE Dans le cadre de ses actions en faveur de l économie circulaire (cf. aussi Engagement 10), le Groupe s est engagé à progresser chaque année sur le poids de déchets recyclés par collaborateur, en majorité du papier, et sur la qualité de ces données. La fi abilisation des informations a abouti à un total collecté de 46 356 tonnes de déchets générés par le Groupe, soit 241 kg/ETP. 53 % du volume de déchet total est recyclé, l équivalent de 128 kg/collaborateur.

Le Groupe s est aussi doté depuis 2011 d une politique de traitement des équipements informatiques (PC, serveurs, écrans, etc.) permettant de maîtriser les risques environnementaux et sociaux associés. Son objectif est de leur offrir une seconde vie (don ou revente) chaque fois que possible, tout en assurant leur traçabilité. Le démantèlement n est envisagé qu en dernier recours et vise alors à maximiser le taux de recyclage. Concrétisant cette politique, la BICIS au Sénégal a mis en place des contrats pour recycler les déchets d équipements électriques et électroniques et le papier.

Des démarches sont aussi menées vis-à-vis des clients, non seulement pour réduire l usage du papier dans la relation client, mais aussi comme au Maroc pour proposer des cartes de paiement produites à partir d amidon de maïs en lieu et place du plastique.

Pour contribuer à la lutte contre le gaspillage alimentaire, les restaurants d entreprise du Groupe en France (17 000 couverts/jour) ont déployé un plan d action aussi rigoureux qu effi cace : à 12 % au début des années 2000, ce gaspillage a chuté à 3, 5 % actuellement. Les conditionnements sont différents en fonction de la taille des restaurants, en particulier la viande dans des sachets de 10 kg à 1,4 kg pour éviter de gâcher en fi n de service. Des statistiques quotidiennes sont effectuées pour prévoir la fréquentation du restaurant le lendemain ; le jour venu, seuls 80 % de la production sont lancés en cuisine, les 20 % n étant déclenchés qu en fonction de la fréquentation du restaurant et de la consommation des plats suivie en temps réel. Enfi n, les déchets sont valorisés sous forme de méthane ou de compost ; celui-ci est ensuite utilisé pour les espaces verts des immeubles du Groupe en Île-de-France et pour produire des fl eurs présentées dans les halls de réception.

LUTTER CONTRE L ÉROSION DE LA BIODIVERSITÉ ET MAÎTRISER LA CONSOMMATION D EAU BNP Paribas contribue à la lutte contre l érosion de la biodiversité selon deux axes :

■ en œuvrant en faveur de la biodiversité. BNP Paribas Fortis, par exemple, a acheté en 1985 l étang de Virelles et cédé sa gestion à trois associations par un bail emphytéotique de 99 ans. Aujourd hui cet étang de 125 hectares est l un des plus grands plans d eau « naturels » de Wallonie. Aménagées pour les activités touristiques dans le courant du XXe siècle, les berges de béton se révélaient fort peu accueillantes pour la faune et la fl ore de la réserve. Un remodelage complet en berges naturelles accentuant l « effet de lisière » (lagunes, îlots, berges abruptes) a apporté une croissance rapide de la diversité des espèces observées. Aujourd hui, cet étang abrite un centre d interprétation de la nature, un observatoire ornithologique ainsi qu un hôpital pour oiseaux et mammifères.

■ en favorisant dans ses achats de papier le recours au papier responsable (fabriqué à partir de pâte issue soit de papiers recyclés, soit de bois de forêts gérées durablement écolabels PEFC ou FSC), BNP Paribas contribue à protéger les écosystèmes forestiers et leur biodiversité.

La maîtrise des impacts sur les écosystèmes passe aussi par celle de la consommation d eau, qui a été de 39,24 m3/ETP en 2016 contre 31,22 m3/ ETP en 2015. Sont mis en place des compteurs pour repérer les fuites, des équipements optimisant les débits dans les espaces sanitaires ou l arrêt automatique des robinets par détection de présence.