Document de référence et rapport fi nancier annuel 2017 - BNP PARIBAS122

3 ACTIVITÉS ET ÉLÉMENTS COMPTABLES EN 2017

3

Résultats par pôle/métier

CORPORATE BANKING

En millions d euros 2017 2016 2017/2016

Produit net bancaire 4 165 3 994 + 4,3 %

Frais de gestion (2 430) (2 451) - 0,8 %

Résultat brut d exploitation 1 735 1 544 + 12,4 %

Coût du risque (70) (292) - 76,1 %

Résultat d exploitation 1 665 1 251 + 33,1 %

Éléments hors exploitation 37 13 n.s.

Résultat avant impôt 1 703 1 265 + 34,6 %

Coeffi cient d exploitation 58,3 % 61,4 % - 3,1 pt

Fonds propres alloués (Md ) 12,4 12,4 + 0,0 %

Sur l ensemble de l année 2017, CIB montre une croissance solide de son activité. Le pôle a évolué toutefois dans un contexte de marché défavorable au deuxième semestre.

CIB met en œuvre activement le plan 2020. Le pôle développe ses bases de clientèle d entreprises (avec un bon développement des revenus dans les pays cibles, + 5,6 % en Allemagne par rapport à 2016, et un gain de plus de 125 nouveaux groupes clients cette année en Europe) et d institutionnels (au travers du renforcement de l offre coordonnée des métiers), capitalisant sur la présence mondiale du Groupe. Il met en œuvre des initiatives ciblées porteuses de croissance avec la signature de nouveaux partenariats (GTS aux États-Unis pour développer l offre clients de Global Markets et Symphony, plateforme sécurisée et automatisée de communication pour les clients institutionnels comptant déjà plus de 200 000 utilisateurs), le renforcement du modèle intégré entre les métiers (développement d offres communes de Securities Services et Global Markets) et le déploiement de nouvelles offres. Il accélère la transformation digitale avec 150 projets digitaux identifiés et le développement des interfaces clients digitales comme Centric, plateforme en ligne pour les entreprises qui compte déjà près de 8 200 clients utilisateurs.

Le pôle réduit son coeffi cient d exploitation de 1,7 point grâce à la mise en œuvre des programmes de réduction des coûts lancés depuis 2016 (0,6 milliard d euros d économies en deux ans) incluant le développement de plateformes mutualisées, la mise en œuvre de nouveaux processus end-to-end et l automatisation de certaines tâches (250 cas identifi és d utilisation de la robotique). Il optimise les ressources fi nancières en s allégeant des portefeuilles peu rentables et en gérant activement ses encours (capitaux propres alloués en baisse de 4,9 % par rapport à 2016), avec un redéploiement progressif dans la croissance des ressources ainsi dégagées. CIB progresse ainsi signifi cativement dans la réalisation de ses objectifs 2020 et augmente sa rentabilité sur fonds propres de 2,8 points par rapport à l année dernière à 16,1 %(1).

Les revenus du pôle, à 11 704 millions d euros, augmentent de 2,1 % par rapport à 2016 malgré un effet de change défavorable (+ 3,8 % à périmètre et change constants).

Les revenus de Global Markets, à 5 584 millions d euros, sont en baisse de 1,2 % mais en hausse de 0,8 % à périmètre et change constants par rapport à 2016 grâce à la poursuite du renforcement des positions commerciales partiellement compensé par un contexte défavorable pour FICC(2) au deuxième semestre de l année. La VaR, qui mesure le niveau des risques de marché, est toujours très faible (26 millions d euros). Les revenus de FICC(2), à 3 450 millions d euros, sont en baisse de 8,6 %(3) par rapport à 2016 avec une faible volatilité et des volumes de clientèle limités dans tous les segments. Le métier confi rme cependant sa position de leader sur les émissions obligataires où il se classe n° 1 pour l ensemble des émissions en euros et n° 9 pour l ensemble des émissions internationales. Les revenus d Equity and Prime Services, à 2 135 millions d euros, augmentent en revanche pour leur part fortement (+ 20,9 %(3), tirés par le bon développement de Prime Services et la reprise d activité sur les dérivés d actions.

La réussite d Exane BNP Paribas(4) est illustrée par son accession à la position de n° 1 en Europe dans le classement Extel 2017 pour la recherche, le courtage et la vente d actions.

Les revenus de Securities Services, à 1 955 millions d euros, augmentent de 7,2 % par rapport à 2016 (+ 8,3 % à périmètre et change constants), en lien avec la très bonne dynamique de l activité et l effet positif des nouveaux mandats. Les actifs en conservation et sous administration sont ainsi en hausse de 11,0 % par rapport au 31 décembre 2016 et le nombre de transactions de 6,4 % par rapport à l année dernière. Le métier continue par ailleurs à gagner de nouveaux mandats signifi catifs et annonce un partenariat stratégique majeur aux États-Unis avec Janus Henderson Investors (138 milliards de dollars d actifs en conservation(5).

Les revenus de Corporate Banking, à 4 165 millions d euros, sont en hausse de 4,3 % par rapport à 2016. Ils augmentent de 6,1 % à périmètre et change constants et sont en progression dans les trois zones géographiques avec une bonne croissance en Europe, une forte hausse en Asie-Pacifi que et un bon niveau d activité dans la zone Amériques. Le métier montre une croissance solide des activités de transaction : il se classe ainsi n° 1 pour la troisième année consécutive en Trade Finance en Europe et n° 3 pour la première fois en Asie(6 ). Les crédits, à

(1) Return on Notional Equity (rentabilité des fonds propres avant impôt).

(2) Fixed Income, Currencies, and Commodities.

(3) À périmètre et change constants.

(4) Société mise en équivalence.

(5) Bouclage de l opération prévue au 1er trimestre 2018.

(6) Étude Greenwich Share Leader.