Document de référence et rapport fi nancier annuel 2017 - BNP PARIBAS 295

5RISQUES ET ADÉQUATION DES FONDS PROPRES PILIER 3

5

Gestion des risques

La Risk Academy est une structure ouverte sponsorisée par 4 fonctions : Conformité, Legal, RH et Risk destinée à l ensemble des collaborateurs du Groupe et couvrant tous les types de risque auxquels le Groupe peut être exposé (crédit, marché, liquidité, risque opérationnel, conformité, risques réglementaires), la Risk Academy s inscrit dans une démarche évolutive et participative avec pour objectifs de renforcer la culture du risque au sein du Groupe par :

■ la mise en œuvre d actions de formation et de développement professionnel dans le domaine du risque ;

■ l échange d informations et le partage des connaissances entre les différents acteurs de la Banque.

La Risk Academy a défi ni six pratiques fondamentales de risque qui sont largement diffusées à travers ses différentes initiatives et sont un vecteur important de propagation d une forte culture de risque. Elles rappellent aux collaborateurs l importance de bien comprendre et d anticiper les risques dans une optique de long terme, d être disciplinés dans la prise de risques et de communiquer rapidement et de manière transparente sur les sujets de risques.

Enfi n, la culture du risque est également diffusée à travers le Groupe par l ajustement des rémunérations sur la performance et les risques (cf. chapitre 7, section Une politique de rémunération compétitive), avec un dispositif renforcé dans ce domaine depuis 2015 pour les collaborateurs susceptibles de prendre des décisions de risque importantes.

APPÉTIT POUR LE RISQUE

DÉFINITION ET OBJECTIFS Le Groupe n a pas d objectif affi ché de prise de risque mais certains risques sont inhérents à ses activités et donc à la réalisation de ses objectifs stratégiques. Le Groupe a donc mis en place un Risk Appetite Statement et un Risk Appetite Framework qui doivent s entendre comme la formalisation de la tolérance du Groupe aux risques auxquels il est exposé dans l exécution de son plan stratégique. Le Groupe a notablement renforcé ce dispositif en 2016 avec l adoption par le Conseil d administration, sur proposition de la Direction Générale, d une version enrichie de son Risk Appetite Statement.

Ce document défi nit, en cohérence avec le plan stratégique du Groupe et compte tenu de l environnement dans lequel il opère, des principes qualitatifs de risque qu il souhaite suivre dans ses activités et un mécanisme quantitatif de surveillance du profi l de risque du Groupe à travers des métriques quantitatives auxquelles des seuils sont attachés. Ce dispositif couvre à la fois les risques quantifiables et ceux non quantifi ables auxquels est exposé le Groupe.

L appétit pour le risque est mis en œuvre dans le Groupe par la Direction Générale à travers les différents Comités qu elle préside (CCDG, CMRC, ALCo Groupe, Comité capital) et qui ont en charge les différents types de risques auxquels le Groupe est exposé. En outre, les processus stratégiques du Groupe, tels que le budget ou la gestion du capital et de la liquidité sont développés en cohérence avec le Risk Appetite Statement ; certains indicateurs du Risk Appetite Statement sont inclus dans l exercice budgétaire et leurs valeurs attendues dans le cadre du budget sont confrontées avec leurs seuils dans le Risk Appetite Statement.

Le Risk Appetite Statement du Groupe a été établi en cohérence avec les valeurs qui l animent et sa culture de risque. Il rappelle que la culture de risque du Groupe et ses engagements de banque responsable sont au cœur de sa stratégie. Il rappelle aussi que la mission du Groupe est de fi nancer l économie, de conseiller ses clients et de fi nancer leurs projets d une manière éthique. La stratégie du Groupe à partir de laquelle est construit son appétit pour le risque est construite autour de grands principes qui ont accompagné le développement du Groupe : un équilibre entre ses activités assurant sa profi tabilité et sa stabilité, un modèle d activité centré autour des clients et un modèle de banque intégrée permettant de servir au mieux les clients. Cette stratégie intègre aussi les développements que connaît l industrie bancaire, entre autres son

évolution vers un modèle digital, une situation macroéconomique encore incertaine et marquée par un environnement de taux bas et de fortes contraintes réglementaires.

PRINCIPES DE PRISE DE RISQUE Les principes de prise de risque ont pour objectif de défi nir les types de risque que le Groupe est prêt à accepter dans le cadre de son activité.

Ils incluent en particulier les éléments suivants :

■ diversifi cation et rentabilité ajustée du risque :

Le Groupe cherche à générer des résultats ajustés des risques qui soient durables et fondés sur les besoins des clients. Pour être durable, la rentabilité doit reposer sur une sélectivité et une évolution contrôlées des actifs de BNP Paribas et la recherche d activités diversifi ées. Bien que le Groupe consente à une certaine volatilité de ses revenus, il cherche à contenir en permanence le montant de ses pertes potentielles découlant d un scénario adverse ;

■ solvabilité et profi tabilité :

BNP Paribas détient suffi samment de fonds propres pour faire face à un scénario adverse et satisfaire aux exigences réglementaires en vigueur. Dans le cadre de ses activités bancaires, BNP Paribas accepte de prendre des risques lorsque ceux-ci sont accompagnés d une rentabilité adaptée, projetée sur une durée adéquate et quand leurs impacts potentiels paraissent acceptables ;

■ fi nancement et liquidité :

Le Groupe s assure que la diversification et l équilibre entre ses emplois et ressources correspondent à une stratégie de fi nancement conservatrice, afi n de pouvoir faire face à un scénario adverse. Le Groupe s assure du respect des ratios de liquidité réglementaires en vigueur ;

■ risque de crédit :

Le Groupe ne prend des expositions que sur des clients dont il a une connaissance approfondie et sur la base d informations complètes et est attentif à la structure des fi nancements qu il octroie. Le Groupe développe et maintient un portefeuille de risques diversifi é, évitant les concentrations (contreparties, secteurs et pays) et s assure qu il respecte les politiques de concentration en vigueur ;