Document de référence et rapport fi nancier annuel 2017 - BNP PARIBAS364

5 RISQUES ET ADÉQUATION DES FONDS PROPRES PILIER 3

5

Risque de contrepartie

RISQUE SUR CVA

Le risque sur CVA mesure le risque de pertes lié à la volatilité des CVA résultant des mouvements des spreads de crédit associé s aux contreparties auxquelles le Groupe est exposé (voir paragraphe Ajustements de l évaluation de crédit (CVA)).

En méthode standard, l exigence de fonds propres pour risque d ajustement de l évaluation de crédit est calculée selon la formule réglementaire.

En méthode avancée, elle correspond à la somme des deux éléments suivants :

■ une exigence de fonds propres liée au calcul d une VaR sur l ensemble des sensibilités des CVA aux spreads de crédit ;

■ une exigence de fonds propres liée au calcul d une VaR stressée sur l ensemble des sensibilités des CVA aux spreads de crédit.

➤ TABLEAU N° 62 : VALEUR EXPOSÉE AU RISQUE ET ACTIFS PONDÉRÉS POUR RISQUE SUR CVA (EU CCR2)

En millions d euros

31 décembre 2017 31 décembre 2016

Valeur exposée au risque Actifs pondérés

Valeur exposée au risque Actifs pondérés

Méthode avancée 32 901 1 693 49 849 4 044

VaR sur CVA 200 898

VaR stressée sur CVA 1 493 3 146

Méthode standard 546 217 795 303

TOTAL 33 447 1 910 50 644 4 347

GESTION DU RISQUE DE CONTREPARTIE

TECHNIQUES D ATTÉNUATION DU RISQUE DE CONTREPARTIE Dans le cadre de la gestion de la liquidité et la gestion du risque de contrepartie, le Groupe BNP Paribas a un suivi systématique des garanties sous forme de collatéral reçu et posté tant pour la partie couvrant la valeur de marché des contrats (« Variation Margin ») que le risque d évolution défavorable de ces valeurs de marché en cas de défaut de la contrepartie (« Initial Margin »). Le collatéral posté et reçu utilisé dans les contrats dérivés est principalement constitué de cash, et dans une moindre mesure de titres de dettes. L impact des collatéraux reçus et des conventions-cadre de compensation est présenté dans les États fi nanciers en note 4.r Compensation des actifs et passifs fi nanciers.

Dans le cas général, quand la valeur exposée au risque est modélisée en EEPE et pondérée en approche IRBA, la perte en cas de défaut n est pas ajustée en fonction du collatéral reçu dans la mesure où celui-ci est directement pris en compte dans le calcul de l Effective Expected Positive Exposure (voir partie Risque de contrepartie bilatéral).

Les garanties sous forme de collatéral utilisées en méthode standard en réduction de l EAD s élèvent à 562 millions d euros au 31 décembre 2017, contre 658 millions d euros au 31 décembre 2016.