Document de référence et rapport fi nancier annuel 2017 - BNP PARIBAS370

5 RISQUES ET ADÉQUATION DES FONDS PROPRES PILIER 3

5

Risque de marché

Calcul des réserves et autres ajustements de valorisation

Risk défi nit et calcule des « réserves ». Celles-ci sont des ajustements de la valeur de marché ou de modèle impactant à la fois la valorisation comptable et les fonds propres prudentiels. Les réserves peuvent être considérées, selon les cas, comme une mesure des coûts de clôture d une position ou comme une prime pour des risques ne pouvant être diversifi és ou couverts adéquatement.

Les réserves couvrent principalement :

■ le risque de liquidité et les spreads de bid/offer ;

■ les incertitudes liées au choix du modèle ou aux paramètres de marché ;

■ la réduction des risques pour lesquels aucune couverture ne peut être mise en place (lissage du pay-off des options digitales ou à barrière).

Une politique générale d ajustement des valorisations a été défi nie. Les méthodologies relatives aux réserves sont documentées pour chaque ligne de produit par Risk et ces documentations sont régulièrement mises à jour. L analyse des variations des réserves fait l objet d un rapport mensuel au VRC.

Les méthodologies relatives aux réserves sont améliorées régulièrement et tout changement constitue un Événement de modèle de valorisation. Les améliorations apportées aux réserves sont généralement le fruit de la revue ou du calibrage d un modèle en fonction des informations issues du marché durant le processus de revue des paramètres de marché.

Des ajustements additionnels de valorisation (Additional Valuation Adjustments AVA) sont calculés selon le Règlement délégué (UE) n° 2016/101 de la Commission du 26 novembre 2015 publié au JOUE du 28 janvier 2016.

Ce Règlement délégué complète, par des normes techniques de réglementation, les exigences de l article 105 de la CRR relatif à la valorisation prudente des instruments fi nanciers du portefeuille de négociation, et précise que le périmètre d application de ces exigences porte sur l ensemble des instruments mesurés visés par l article 34 de la CRR, et ce proportionnellement à la modifi cation de l évaluation comptable qui affecte les fonds propres CET1.

Les normes techniques de réglementation établissent des défi nitions ainsi qu un cadre de mesure et de contrôle pour les différents éléments d incertitude d évaluation qui doivent être pris en considération lors de l évaluation prudente au titre de l article 105. Elles établissent aussi un niveau cible de certitude qui doit être atteint pour l évaluation, l établissement devant avoir la certitude, à 90 % d intervalle de confi ance, que le prix de liquidation des instruments sera plus favorable que la valeur prudente.

Pour les fi ns d application de ces exigences, sont d abord défi nis des ajustements prudents unitaires appelés Prudent Valuation Adjustment (PVA). Ces ajustements correspondent à différentes natures de risques ou coûts pouvant donner lieu à des coûts de sortie, par rapport à la valeur de milieu de marché (ou valeur attendue). Les principales catégories sont le coût de liquidation, le risque lié à l incertitude sur les prix de marché, le risque de concentration et le risque de modèle. Les ajustements PVA sont calculés pour chaque exposition, de manière granulaire.

À partir de ces PVA, BNP Paribas calcule, pour chacune des expositions et chacune des natures de risque, les montants d ajustements de valeur additionnels (AVA) qui seraient éventuellement nécessaires, au-delà des

réserves déjà prises en compte dans la valorisation comptable au titre de la même exposition et nature de risque, pour atteindre le niveau de certitude cible.

Le calcul des AVA intègre pour certaines natures de risque un effet de diversifi cation, qui refl ète le fait que les ajustements additionnels qui seraient nécessaires au titre de l ensemble des positions, est inférieur à la somme des ajustements additionnels qui seraient requis pour les positions ou risques unitaires.

Les montants d AVA sont ainsi traités en déduction des fonds propres de base de catégorie 1.

Day-one-profi t or loss

Certaines transactions complexes sont valorisées avec des paramètres considérés comme non observables. Les normes comptables prescrivent de différer la comptabilisation d un éventuel résultat initial (day-one- profi t or loss) pour les transactions non observables. La marge nette de réserves ainsi différée est comptabilisée en résultat au prorata du temps sur la durée anticipée de transaction ou d inobservabilité des paramètres.

Risk est associé à la fonction Finance, aux middle-offi ces et aux métiers dans le processus d identifi cation et de traitement de ces éléments de résultat, afi n de déterminer si un type de paramètre ou de transaction est observable ou non, conformément aux règles d observabilité, par ailleurs dûment documentées et validées en Valuation Methodology Committee.

L impact sur le compte de résultat du report initial de résultat est calculé par le middle-offi ce ou les équipes de la fonction Finance selon le périmètre.

Ces mêmes règles d observabilité sont utilisées pour la confection des informations fi nancières requises par la norme comptable IFRS 7.

EXPOSITION AU RISQUE DE MARCHÉ Le risque des activités de marché est analysé en premier lieu par une mesure systématique des sensibilités des portefeuilles aux différents paramètres de marché. Ces mesures de sensibilité faites à différents niveaux d agrégation des positions sont comparées aux limites fi xées préalablement.

Mise en place du suivi du risque et fi xation des limites [Audité]

Le Groupe utilise un système intégré pour suivre les positions du portefeuille de négociation au quotidien et gérer le calcul de la Value at Risk (VaR). Ce système permet le suivi de la VaR, mais également du détail des positions ainsi que des sensibilités aux paramètres de marché selon divers critères (devise, produit, contrepartie, etc.). En outre, il permet d inclure les limites de négoce, les réserves et les stress tests.

Le cadre actuel de défi nition et de gestion des limites s établit sur trois niveaux de délégation d importance décroissante : la délégation la plus haute est celle du CMRC, suivie de celle du Responsable du métier, suivie enfi n de celle du Responsable d un portefeuille de négoce. Des changements de limites peuvent être accordés de façon temporaire ou défi nitive, et leur autorisation dépend du niveau de délégation de la limite concernée selon la procédure en vigueur. Des mécanismes d arbitrage hiérarchique sont en place pour s assurer que le point de vue indépendant de la fonction Risque sur les limites soit entendu.