Document de référence et rapport fi nancier annuel 2017 - BNP PARIBAS500

7 UNE BANQUE ENGAGÉE : INFORMATIONS SUR LA RESPONSABILITÉ ÉCONOMIQUE, SOCIALE, CIVIQUE ET ENVIRONNEMENTALE DE BNP PARIBAS

7

Responsabilité économique : fi nancer l économie de manière éthique

➤ LE MIX ÉNERGÉTIQUE (ÉNERGIE PRIMAIRE) DE BNP PARIBAS DE 2017 : PRÉCÉDENTE ET NOUVELLE MÉTHODOLOGIES

Monde 2014*

BNP Paribas 2016 - ancienne méthodologie

BNP Paribas 2016 - nouvelle méthodologie

BNP Paribas 2017 - nouvelle méthodologie

Production d'énergie (%)

GazCharbonPétrole

0

10

20

30

50

60

70

80

40

(*) Source : AIE.

Le déploiement de la politique de fi nancement du secteur de l'agriculture

La mise en place en 2016 d une politique encadrant les activités de fi nancement et d investissement du Groupe dans le secteur agricole a permis de nouer un dialogue constructif avec les clients de ce secteur afi n de promouvoir les meilleures pratiques.

De plus, le Groupe a adopté des mesures afin que ses instruments fi nanciers ne contribuent pas a déstabiliser le marché des matières premières agricoles.

Des mesures pour lutter contre la déforestation

BNP Paribas s est engagé à lutter contre la déforestation à travers plusieurs politiques sectorielles, dont celles encadrant les secteurs de l agriculture, l huile de palme et la fabrication de pâte à papier.

En 2017, ses critères sur le secteur de l huile de palme ont été renforcés : ses clients doivent obligatoirement engager une démarche « No Deforestation, No Peat, No Exploitation » (NDPE), un processus de certifi cation Roundtable on Sustainable Palm Oil (RSPO) ainsi qu une politique de protection des zones à Haute Valeur de Conservation (HVC).

Ces mesures ainsi que celles initiées les années précédentes, comme l engagement zéro déforestation nette à l horizon 2020, ont permis au Groupe d être reconnu comme une des institutions fi nancières leaders par The Global Canopy Program, une ONG de dimension internationale spécialisée dans la protection des forêts.

La défense et la sécurité, des secteurs particulièrement sensibles

La politique du Groupe dédiée à la défense et à la sécurité exclut strictement certains types d armes et certaines zones géographiques. Toute transaction dans ces secteurs doit être précédée d un accord de

la Conformité, après une analyse minutieuse de chaque transaction et société tenant compte des éléments complémentaires en matière de droits humains fournis par la fonction RSE Groupe. Le niveau d approbation est d autant plus élevé que le matériel ou la destination sont jugés sensibles.

Publiée en 2010, cette politique a été mise à jour en 2017 : outre l exclusion des armes controversées, elle intègre maintenant une analyse approfondie des producteurs d armes légères et de matériels de surveillance. De plus, elle interdit l exportation de matériel sensible vers des pays en confl it ou présentant un « risque droits humains » élevé et établit un nouveau circuit de validation des transactions basé sur la sensibilité des pays d exportation.

BNP Paribas met fi n à ses activités de fi nancement et d investissement relatives aux entreprises du tabac

La Convention-cadre de l Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour la lutte antitabac, premier traité mondial de santé publique juridiquement contraignant, a mis l accent sur l enjeu de la consommation du tabac dans le monde pour « protéger les générations présentes et futures des effets sanitaires, sociaux, environnementaux et économiques dévastateurs de la consommation de tabac et de l exposition à la fumée de tabac ». BNP Paribas s est donc engagé fi n 2017 à ne plus apporter son soutien aux fabricants de produits du tabac, ainsi qu aux producteurs, grossistes et traders dont les revenus proviennent principalement du tabac.

LE RESPECT DES PRINCIPES DE L ÉQUATEUR DANS LES FINANCEMENTS DE PROJETS En tant que signataire des Principes de l Équateur aux côtés de 92 institutions fi nancières à travers le monde, dans le cadre de son rôle de financement ou de c onseil, BNP Paribas travaille avec ses clients afi n d identifi er, d évaluer et de gérer les risques et les impacts environnementaux ou sociaux, liés aux grands projets industriels et d infrastructures. D après ces principes, les impacts négatifs des projets sur les communautés, les écosystèmes ou le climat doivent être évités, minimisés, atténués et/ou compensés. Les projets classés A présentent des risques signifi catifs et impliquent systématiquement une revue externe ; ceux classés B présentent des risques plus limités ; et ceux classés C présentent des risques minimes voire nuls. La réduction du nombre de projets en 2017 s'explique par un grand nombre de refi nancements, déjà analysés dans le cadre des Principes de l'Équateur.

2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017

Nombre de transactions concernées dans l année 30 13 21 26 17 23 8

Nombre de transactions classées A dans l année 5 2 3 6 1 2 1

Nombre de transactions classées B dans l année 20 10 13 18 15 21 7

Nombre de transactions classées C dans l année 5 1 5 2 1 0 0