Document de référence et rapport fi nancier annuel 2017 - BNP PARIBAS 513

7 UNE BANQUE ENGAGÉE : INFORMATIONS SUR LA RESPONSABILITÉ ÉCONOMIQUE,

SOCIALE, CIVIQUE ET ENVIRONNEMENTALE DE BNP PARIBAS

7

Responsabilité sociale : favoriser le développement et l engagement de nos collaborateurs

➤ NOMBRE D ACCORDS COLLECTIFS SIGNÉS ET DE RÉUNIONS OFFICIELLES

Accords c ollectifs Réunions offi cielles

2015 2016 2017 2015 2016 2017

France (dont BNP Paribas SA)

106 (13)

149 (16)

111 (13)

3 763 (2 375)

3 814 (2 254)

3 442 (2 111)

Belgique (dont BNP Paribas Fortis)

15 (12)

10 (5)

11 (9)

208 (184)

224 (180)

246 (202)

Italie (dont BNL)

57 (37)

71 (59)

54 (40)

123 (62)

176 (90)

177 (93)

Luxembourg (dont BGL BNP Paribas)

2 (0) - -

26 (10)

28 (10)

28 (10)

Europe (hors marchés domestiques) 50 51 84 225 445 358

Reste du monde 27 15 11 96 127 141

TOTAL 257 296 271 4 441 4 814 4 392

La gestion de l emploi

Vigeo Eiris(1) place BNP Paribas dans le Top 5 des entreprises les plus responsables en matière de plans de restructuration, 1èr e entreprise du secteur bancaire et 3 e entreprise européenne, pour la signature d un accord sur la gestion de l emploi en France en 2016. Les accords sur la gestion de l emploi en France, pour 3 ans, et au niveau européen, font l objet d une application rigoureuse des principes suivants :

■ anticiper les ajustements de structures et d organisations consécutifs à l adaptation nécessaire des entités du Groupe et informer le plus tôt possible et régulièrement les représentants des salariés dans les instances ou lieux d échange mis en place ;

■ chercher à éviter le recours aux départs contraints dans toute la mesure du possible en cas de changement organisationnel ayant des conséquences signifi catives sur l emploi, notamment par l utilisation du turn-over naturel, la mobilité et les solutions de départ volontaire.

C est en application de ces principes que le plan de transformation de CIB est mis en œuvre au niveau européen où les effectifs devraient rester globalement stables à horizon fi n 2018, avec des baisses prévues en France, au Luxembourg et au Royaume-Uni.

En Italie, la nouvelle organisation mise en place en vue d augmenter signifi cativement le positionnement de la marque et de l offre, de renforcer la valeur client et de rester compétitif, entraînera des suppressions de postes sur la période 2017-2020, principalement gérées par des plans de départs volontaires et en retraite.

UNE POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION COMPÉTITIVE

Les rémunérations et leur évolution

La politique de rémunération du Groupe repose sur des principes d équité et de transparence, se traduisant notamment par un processus unique de révision annuelle des rémunérations pour l ensemble des collaborateurs. Les principes relatifs à la composition de la rémunération et à son évolution sont communs à l ensemble du Groupe et en adéquation avec les objectifs de maîtrise des risques. Les rémunérations sont déterminées de manière à éviter la mise en place d incitations qui pourraient entraîner des situations de confl it d intérêts entre les collaborateurs et les clients ou le non-respect des règles de bonne conduite. Ces principes font l objet de communications auprès des salariés par les différents métiers. Dans tous les pays, le Groupe applique les lois et réglementations en vigueur, y compris les minima salariaux éventuels, lesquels peuvent être utilisés pour rémunérer des collaborateurs en fonction de leur niveau d expérience, d expertise et des pratiques de marché.

Les rémunérations variables sont déterminées en fonction des performances individuelles et collectives de l année. Elles peuvent revêtir différentes formes selon les métiers. Le mode de détermination des rémunérations variables individuelles intègre l évaluation de la performance quantitative et qualitative durable mesurée par rapport aux objectifs fi xés, l appréciation du comportement professionnel de chacun au regard du respect du Code de conduite, des règles internes, des règlementations applicables et de la contribution à la maîtrise des risques (y compris le risque opérationnel).

(1) Étude publiée le 2 février 2018, http://www.vigeo-eiris.com/corporations-report-management-impact-restructuring.